Le changement d'heure, ou comment une mesure socialement responsable peut être une réponse à la crise

Photo : clock/ Flicker Leo Reynolds

Alors que l'on change d'heure dimanche matin, retour sur une des premières mesures globales économiquement et socialement responsables, prise en France comme réponse à la crise pétrolière...


Comment est née cette idée ?

A la base, c'était une idée de Benjamin Franklin qui en 1784 évoque dans le quotidien français Le Journal de Paris la possibilité de décaler les horaires afin d'économiser l'énergie.

L'Allemagne est la première à instaurer ce changement d'heure le 30 avril 1916, suivie par les Anglais le 21 mai 1916. La France instaurera ce changement d'heure suite au choc pétrolier de 1974 : l’objectif était d'effectuer des économies d'énergie en réduisant les besoins d'éclairage en soirée.

Aujourd'hui, le changement d'heure est contesté. Notamment par la Commission européenne qui parle d'économies d'énergie relativement limitées, liées simplement au confort des loisirs en soirées estivales.

Selon une étude de l'Institut Karolinska de Stockholm paru en octobre dernier, le passage à l'heure d'été augmenterait le risque de crise cardiaque, ou des problèmes d'endormissement, ainsi que de dépressions.Et ce pour une réduction de la consommation française de l'ordre de 0,3 à 0,5 %.

La leçon à retenir : les mesures socialement responsables comme une des réponses à la crise

Cette mesure économiquement responsable a constitué une des réponses au choc pétrolier. Aujourd'hui aussi, en réponse à la crise économique le président Obama dans le cadre de son plan de relance a axé sur le développement durable avec entre autres 142 milliards de dollars qui permettront aux travailleurs de se former et de créer des « emplois vert » à travers les Etats Unis.

Cette volonté a été reprise par le gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger en annoncant cette semaine le lancement d'un programme de formation de jeunes en difficulté à des métiers «verts».
Les Etats-Unis ne sont pas les seuls à avoir fait ce choix: une étude de la banque HSBC a recensé les mesures dites "vertes" dans les différents plans de relance, pour un total de 340 milliards d'euros.

Preuve qu'en temps de crise, le recours à des politiques de développement durable peut constituer une des solutions.

Ce débat s'est invité dans la campagne européenne. Par exemple, Daniel Cohn-Bendit et d'autres pensent que l'industrie automobile ne pourra être sauvée sans avoir recours à des voitures non polluantes surtout à cause de la hausse du pétrole. Et que les emplois perdus doivent faire l'objet d'un plan de reconversion pour les salariés.

C'est également une manière de souligner que les politiques de responsabité sociale et environnementale peuvent aider les entreprises à surmonter la crise, et surtout à préparer l'après-crise.

>> Un reportage amusant fait par RTL Belgique sur le changement d'heure, pour y accéder c'est par
ici.

>> Un article présentant le plan de croissance verte d'Obama, c'est par .

Quelle mesures socialement responsables pourraient constituer des réponses à la crise ? Dites-le nous dans les commentaires.


Noter ce billet:

0 commentaires:

Twitter

Rechercher dans ce blog

Newsletter


Entrez votre email :

Delivré par FeedBurner


S'abonner

Add to Google Reader or Homepage Add to netvibes Add to My AOL
Add to Technorati Favorites http://www.wikio.fr

Nous y sommes...

Qu'est-ce que la RSE ?

Agenda


Tous les rendez-vous RSE / Photo Flickr/Ъüζςü╚╣ε۷εг

Les conseils de l'ADEME



Concours Marie Claire

Articles précédents

Articles lus

blogspot stats